3 février 2011

Assilah à Tanger, 66km, 505m

Via le cap Spartel

2 et 3 février

C'est avec le petit bout du nez froid que l'on se réveille ce matin. Notre chambre est humide, nous constatons que nous sommes vraiment dans le nord. Une chance que le soleil est présent et réchauffe beaucoup le temps. Déjà l'avant-dernière journée de déplacement au Maroc. Il ne nous restera ensuite que la journée pour se rendre au port pour prendre le bateau. Après 10 semaines ici, nous sommes contents de partir. Mais, que ces semaines ont passé vite. Que de belles choses nous avons vues, que de belles rencontres nous avons faites.
De Assilah à Tanger 2011-02-02


Avec un léger vent de dos, nous longeons la côte jusqu'à l'intersection de la petite route pour le cap Spartel. C'est le point le plus au nord-ouest du Maroc. Et c'est aussi une façon de rentrer à Tanger sans le gros trafic. Il faut juste monter le cap et le redescendre, une affaire de plus ou moins 20 kilomètres. La route est très belle et offre de beaux panoramas. Les formations rocheuses sur la côte sont assez impressionnantes. Et que dire de l'océan d'un bleu turquoise qui s'étend à perte de vue, magnifique. Nous réalisons que nous sommes au bout du Maroc quand nous commençons à revoir les côtes Espagnoles de l'autre côté du détroit. Il est encore tôt quand nous arrivons à la limite de la ville. Nous cassons donc la croûte sur l'équivalent du boulevard Champlain Marocain.

De Assilah à Tanger 2011-02-02

Notre habituelle conserve de thon avec pain et fromage ''La vache qui rit'', qu'est-ce qu'on va être heureux de manger du jambon crudo! Tanger n'offre pas beaucoup de choses à voir à nos yeux. C'est une grande ville où la médina est bien ordinaire.
Jeudi c'est la journée préparatifs. Nous serons sur le bateau 26 heures, il nous font donc prévoir notre bouffe. Aussi, Louis doit se faire faire une dernière coupe de cheveux marocaine.


2 commentaires:

Anonyme a dit...

Lachez pas les amis !

SVP Évitez la Tunisie et l'Égypte !

Ca brasse pas mal...

On vous aime

France et Martin

Jean a dit...

Saviez-vous que Jacques Brel a composé "la valse à mille temps" alors qu'il était passager dans une voiture le conduisant de Tanger à Casablanca en passant par cap Spartel ? La route est très sinueuse au début puis les virages s'élargissent et on prend de la vitesse. Ecouter la chanson en conduisant au rythme qui s'accélère est un plaisir rare !

Jean J. Dubois